Réussir sa culture du basilic

Les premiers conseils

Il faut d’abord savoir que c’est une plante qui a besoin de chaleur pour prospérer, inutile de se précipiter dès que les premiers jours de printemps arrivent, l’idéal est de planter ses basilics à partir de fin avril, avant cette date, les risques de ne pas conserver ses plantes sont grands.

Choisissez également des plants qui n’ont pas été élevés sous serres chauffées. Généralement, les plants que l’on trouvent dans le commerce proviennent de serres chauffées à 18°C, ils ont poussé très rapidement avec des quantités importantes d’engrais et ces derniers sont très difficiles à acclimater. Préférez des plantes qui ont été cultivées sans forçage, ils sont parfois plus petits lors de l’achat, mais se conserveront  toute l’année.

La taille des basilics est aussi un élément important, il faut couper régulièrement au fur et à mesure de vos besoins, de mai à octobre, en pinçant les pousses terminales avec vos ongles, l’utilisation de sécateurs ou de ciseaux est à proscrire pour le basilic car les tiges peuvent s’oxyder et noircir.

En savoir plus sur le basilic

Le célèbre « pistou » comme on le nomme en Provence est une plante annuelle, très sensible au froid. Ses feuilles vert tendre, légèrement gaufrées sont très parfumées.

En été, le basilic donne de petites fleurs blanches groupées en épis. C’est un grand classique de la cuisine provençale, où il accompagne les tomates, les salades, les pâtes, le riz, les poissons et bien sûr pour préparer la fameuse soupe au pistou.

La préparation du sol et la fertilisation

Le basilic se plait en plein soleil, dans un terrain bien drainé, riche en matières organiques et en éléments minéraux. Réalisez un bon travail du sol avant la plantation en incorporant du fumier. En cours de culture, si votre plante donne des signes de faiblesse (jaunissement des feuilles), apportez une poignée d’un engrais biologique azoté.

Entretien du basilic :

Espacez-les de 50 cm. Des arrosages réguliers seront importants pour réussir sa culture. Le basilic est parfois victime d’une pourriture du collet ou des racines (fusariose), pour évitez ce problème, il faut éviter les excès d’eau.

Récolte du basilic :

C’est le feuillage qui se récolte.  N’ayez pas peur de tailler souvent vos basilics, plus il sera coupé et plus il se ramifiera et sa floraison sera retardé.

Conservation du basilic :

Le séchage est difficile à réaliser et l’on perd beaucoup d’arôme. Choisissez plutôt de les congeler en plaçant des morceaux de feuilles dans des bacs à glaçons remplis d’eau. Le basilic se conserve très bien dans de l’huile d’olive.

Le conseil le la pépinière Arom’antique :

pépinière drômoise (parnans)

Les feuilles destinées à être conservées pour l’hiver seront récoltées en juin ou juillet, juste avant la floraison, c’est à ce moment là que leur cueillette est la plus facile et qu’elles dégagent le plus de parfum. Au moment de leur utilisation, plutôt que de les ciselez, déchirez-les avec les mains, elles libéreront encore plus d’arôme.

Propriétés du basilic :

Le basilic possède des vertus digestives, sédatives, antispasmodiques et diurétiques. Les feuilles, prises en infusion soulagent les crampes d’estomacs, les migraines ou la toux.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 − douze =